Acoua sous les projecteurs de la violence

En ce dimanche de pâques vers 20H00, au niveau de la route nationale à Acoua, le drame est évité de justesse. En effet un jeune homme poursuivi par une bande d’une dizaine de jeunes armés jusqu’aux dents a eu son salut en allant se réfugier dans une boutique située au niveau du pont d’Agnala M’kirini. Rapidement alertés les voisins et adultes se sont précités sur les lieux pour tenter de ramener le calme.

Vengeance ou violence mais aussi le ras le bol

Tout à commencer en fin de journée quand Djadia a reconnu un jeune faisant partie de ceux qui lui ont tendu un guet-apens, il y a de cela 4 mois d dans le quartier M’ropopo à Acoua. Ce soir là il fut l’objet d’une rare agression suivie de violence par une personne déguisée en femme, ce qui lui a valu au moins deux mois de soins, tellement son visage fut défigurer…..

Donc Djadia le jeune entrepreneur de retour au pays depuis depuis près de 2 mois, n’a pas supporté cette montée de violence, cette manque de réaction des autorités compétentes, voire mais également l’inaction de la population, qui connaissant les fauteurs de troubles ne fait rien vexée par la minorité des jeunes délinquants.

Un dimanche de chaos

Cependant ce dimanche tout s’est accéléré. Djadia à visage découvert a croisé un jeune de 19 ans marchant tout seul sans sa bande. Il l’a interpellé tout seul puis l’a attaché à l’aide d’une corde qu’il avait en sa possession. Il l’a ensuite emmené à l’écart du village pour le passer à tabac avec des fouets et toutes sortes de punitions. Le jeune s’est débattu et a réussi à s’échapper pour avertir sa bande.

Armés jusqu’aux dents

C’est dans ce sens que cette bande de jeunes environ une quinzaine armée de cailloux, Pangas, Chombos, barres de fer, battons, … a repéré Djadia au niveau de l’école de la maternelle. Celui-ci se sentant en danger a chaussé ses crampons avec une telle vitesse et parvient à atteindre la nationale puis se réfugier dans la boutique de sa cousine implantée le long de la nationale, à un pas du pont. Mais les jeunes ne s’arrêteront pas là. Un des leurs est rentré dans la boutique mais à tout de suite retroussé les pas puisque le propriétaire de la boutique l’a aussitôt refoulé lui qui s’est également armé de Panga.

Les jeunes lourdement armés se mettent alors à l’écart promettant d’en découdre tellement l’intensité est devenue insupportable. Les voisins alertés et les adultes arrivent  rapidement sur les lieux afin de tenter de calmer les esprits. Les forces de l’ordre rapidement alertés  n’arriveront qu’une heure après les faits. Les sapeurs pompiers arriveront 20 minutes après les gendarmes de M’tzamboro pour prendre en charge le jeune qui présentait des blessures au niveau de la pouce droite, pieds gauches et des nombreuses séquelles, … pour l’emmener à l’hôpital de Dzoumogné, donc l’I.T.T à déterminer.

Le calme pour combien de temps

Le calme semble revenu dans le quartier, mais les jeunes sont déterminés à venger les leurs quelque soit la manière et ce dès cette nuit. En attendant Djadia fut escorté par les gendarmes jusqu’à sa voiture, lui à qui on a demandé de se tenir vigilant. En attendant une probable dépôt de plainte de la part de la famille du jeune séquestré avec violence, la population retient son souffle, puisque tout risque de s’enflammer. Entre le ras le bol des actes de la délinquance de tout genre et l’impunité des jeunes, la population d’Acoua comme de Mayotte devient violente même-si la vengeance est un plat qui peut se manger à visage couvert.

Fofana

author
Rédacteur en chef à acoua-info

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 5 =