Du KO à la Mairie d’Acoua. Ce que l’on sait

Deux jours après le triste et malheureux fait divers qui a secoué Acoua, localité du Nord-Ouest de l’île de Mayotte, la rédaction d’acoua-info, journal d’information généraliste locale est en mesure de vous présenter le récit de cet épisode rocambolesque impliquant un dénommé KO, défavorablement connu dans le village et par la justice. Récit par Chilavert, directeur de service Technique de la commune d’Acoua, en collaboration avec la rédaction.

Vendredi 8 février. KO, en état pas normal, arrive à la Mairie, tremblant et en colère, demande des papiers comme extrait de naissance et passeport, des documents qu’on lui a déjà remis, il y la semaine avant. Il a menacé les employés et a promis de revenir mettre le feu à la Mairie.

Mardi 12 février. Comme promis, il est revenu mardi dernier, à 16h30. A cette heure là, les employés sont déjà partis. Il restait quelques cadres qui continuaient leurs travaux. C’est à cette heure-là, qu’on entend un bruit assourdissant à l’agence postale du rez-de-chaussée. Quand mon collègue a entendu les bruits, il est sorti constaté les faits et KO l’a menacé avec le couteau, il reparti s’enfermer dans son bureau.

Il a donné un grand coup sur le portail métallique et a dégradé la plaque indiquant l’agence postale en la rayant avec un couteau.

Ensuite, il s’est attaqué aux voitures : la fourgonnette du service technique d’abord, puis la voiture d’un des employés, et enfin celle de la police municipale, voiture service technique : 2 pneus éclatés + pare choc enfoncé, voiture employée Mairie raillée avec le couteau, voiture police municipale coup de couteau dans les roues + rétroviseur cassé puis il s’en va vers la boutique d’Anlime située de l’autre côté du grand canal.

Là, il casse la vitre de la voiture d’un administré, et s’en va vers le plateau. Alertés, les gendarmes arrivent à 17h00 et se lancent à sa trousse. Ils l’interpellent vers 18h10 et le met en garde à vue.

KO était dans un état hystérique sans doute sous l’emprise de produits stupéfiants, la chimique. On dirait qu’il a pété les plombs. Cela fait deux semaines qu’il commet des dégradations dans le village. La Mairie envisage de porter plainte.

Récit par Chilavert en collaboration avec la rédaction.

editor

Related Articles

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 + 15 =