La pétanque, le football ou rien

Les jeunes sportifs d’Acoua se trouvent confrontés à un sérieux dilemme depuis quelques mois, mais surtout depuis le début du mois sacré du Ramadan. À Mayotte, Ramadan rime avec les pratiques religieuses mais également les occupations sportives les après-midis ou et depuis toujours.

Dans les différentes communes et villages mêmes les plus reculés se tiennent des rencontres sportives réparties dans différentes disciplines olympiques collectives, réunissant des centaines de participants. Mais cette année 2019 est particulière pour la jeunesse d’Acoua privée de leur plateau sportif depuis six à sept mois.

En effet, la municipalité en place a décidé de donner du sang neuf à ce vieux équipement construit dans les années 90, en rasant le vieux plateau pour un équipement plus moderne et plus confortable, un mini gymnase olympique avec gradins et sol en parquet, obligeant les équipes de handball, basketball et volley-ball du village à se déplacer à Chembenyoumba, M’tzamboro ou M’tsahara pour recevoir leurs rencontres.

Mais, depuis depuis plusieurs semaines, le scepticisme et l’engoisse règnent dans la mesure où les engins et matériels ont quitté le parking du plateau pour des travaux qui devaient débuter depuis des mois. Toujours est-il que les praticiens et adeptes du plateau vont manquer à l’appel cette année à moins de trouver des solutions miracles pour s’occuper et organiser des tournois en ce mois de jeune.

Certains proposent d’aller s’allier aux voisins de M’tsangadoua et M’tsangamouji, alors que d’autres proposent d’organiser simplement les tournois à la plage en Beach-volley, Beach-Basket ou Sand-ball durant les après-midis afin d’occuper cette jeunesse avide d’activités, pour être prêts le jour de la Ide El-Fitre.

En attendant, seule la pétanque est proposée les après-midis du côté de la plage Tapalalahi et le football dans un Stade Bassin inondé par les dernières pluies tombées en abondance sur Acoua. En tout état de cause, la jeunesse s’accroche en attendant des jours meilleurs et espérer récupérer leurs terrains de jeu au plus vite.

Et que dire des “Mouringués” du soir ? Jah Le Plombier a dû trouver une solution pour perdurer la fête.

Fofana

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
6 + 28 =