L’ambiance festive à la mahoraise au mariage de Lorient

Le samedi 27 octobre 2018 restera gravé dans les annales des festivités à la mahoraise en métropole. C’est à Lorient, dans le Morbihan, que les mahorais ont célébré, comme il se doit, le mariage de Himida qui a dit oui à Mardaoui alias Vita. Ils se sont dits oui pour la vie. Ils ont scellé leur amour auu bonheur et à la joie des familles réunies en nombre dans une salle comble à Lorient.

Dès l’après-midi, l’ambiance a débuté avec le traditionnel et fameux M’biwi, chant et danse à la mahoraise, exclusivement féminin. Les femmes et les enfants ont rythmé cette journée au son de M’biwi. Une fête culturelle et traditionnelle très en vogue pour donner de la voix et de la bonté à la célébration des mariages à la mahoraise. Une ambiance très prisée des femmes de l’île surtout loin de l’île sous les yeux et regards admiratifs et émerveillés des hommes.

Après le dîner réunissant tous les convives, c’est au tour du célèbre Chigoma, chant et danse traditionnel de la culture de l’île de Mayotte, principalement joué pour célébrer un mariage. Le Chigoma n’est jamais en reste. Il occupé une place prépondérante dans les festivités. Le Chigoma est mixte : tout le monde, homme et femme, petits et grands en rang ordonné et orchestré pour danser et chanter au son des tambours. C’est ça la culture de l’île. A Lorient, le Chigoma a été honoré, les hommes et garçons dans leur trente et un, comme il se doit, costume et pantalon stylé, avec cravate ou paillon, femmes et filles dans leur jolie robe de fête.

Que la fête commence. Et cela jusqu’à l’aube. Même à dix mille kilomètres, l’île de Mayotte se vit comme si elle est là. Sur place. De près ou de loin, Mayotte vibre car les mahorais et mahoraises savent faire vibrer sa culture et sa tradition. Ils savent faire rayonner et faire découvrir leur patrimoine culturel et traditionnel. La culture traditionnelle ne perd point de sa grandeur ni de sa splendeur. Toujours précieuse. Majestueusement célébrée. Et traditionnellement honorée.

Les mahorais sont viscéralement attachés à leur culture traditionnelle. Un attachement sans frontière. Ni limite. A chaque occasion, cela se prouve. C’est magnifique.

Des vidéos diffusées en direct sont disponibles sur la page Facebook du journal acoua-info.

Kaya

administrator
Directeur de publication acoua-info

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
10 + 17 =