• 16 December 2018
  • Last Update Déc 16, 2018 12:49
  • Acoua, Mayotte

Le syndicaliste Balahachi écope de deux mois de prison avec sursis

C’est l’affaire qui a agitée l’actualité en ce début de semaine à Mayotte. Un contrôle d’identité qui a mal tourné du côté de Miréréni Combani dans le centre de l’île le lundi matin. Ousséni Balahachi, le leader syndical de la CFDT local se trouvait dans un taxi en compagnie de sa femme et ses deux enfants quand les gendarmes mobiles procédaient à un contrôle du véhicule ainsi que ses passagers. En quelques minutes, la tension monte et les choses s’enveniment entre Monsieur Balahachi et les forces de l’ordre.

Le passeport de celui-ci serait tombé ou balancé sur les gendarmes et le ton serait monté avec des échanges pas correctes. Tout à coup, le syndicaliste se trouve plaqué au sol et menotté devant sa petite famille. Il sera placé en garde à vue le mardi soir à la Brigade de Sada avant d’être transféré à la Brigade de Mamoudzou dans la matinée du mercredi où un comité de soutien sera présent pour réclamer sa libération.

Après une présentation immédiate au TGI de Mamoudzou vers 14h00, où le Procureur de la République demandera son placement en détention provisoire à la maison d’arrêt de Majicavo. Mais le Juge des Libertés et de la Détention lui fera confiance en le laissant passer la soirée auprès des siens avant sa présence exigée pour la délibération tant attendue de ce mercredi après-midi.

Un comité de soutien composé d’une certaine de personnes est venu l’acclamer et lui montrer son attachement et confiance auprès du remplaçant de l’ancien député Boinali Saïd Toumbou à la tête de la CFDT Mayotte. Balahachi fidèle à ses convictions s’est montré très confiant et ferme dans ses déclarations. Celui à qui on reproche de l’outrage et rébellion à l’encontre des forces de l’ordre s’en sortira avec deux mois de prison avec sursis et doit par la même occasion verser la somme de 400 € aux gendarmes.

Cependant, son casier judiciaire restera vierge selon Maître Andjilani son avocat qui parle de l’acharnement envers son client. À sa sortie de prison, Balahachi est accueilli en héros par un comité d’accueil très décidé à continuer le combat, celui de “la défense des intérêts de Mayotte” auprès du CODIM bloquant les services des étrangers de la préfecture de Mayotte depuis près de deux mois.

Fofana

author
Rédacteur en chef à acoua-info

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 × 21 =