Mise au point !

Une petite mise au point – et non des moindres – s’impose. Depuis quelques temps, la rédaction du journal acoua-info reçoit des commentaires sur ses publications éditoriales, diffusés notamment sur sa page Facebook. Ce qui est tout à fait normal. C’est le jeu dans une démocratie. C’est aussi le jeu des réseaux sociaux. Et aussi, au nom du sacro-saint de la liberté d’expression et d’opinion. C’est sain. C’est louable.

C’est très intéressant et bénéfique pour nous, d’une part, de recevoir des critiques surtout quand ces dernières sont positives ou constructives. Nous en avons, d’ailleurs, besoin pour nous améliorer. Nous corriger. Nous perfectionner pour réinventer et réaliser un journal optimal. Innover et approfondir notre ligne éditoriale. C’est indispensable. Logique. Convenons-nous en.

D’autre part, c’est moins intéressant d’être traîné dans la boue sans raison apparente. Publiquement plus est. Pour seul motif, le plaisir de critiquer et de nous calomnier sur ce réseau social car dans les faits divers publiés, les membres de la famille de l’auteur des faits ne sont pas contents du traitement éditorial. Or, à chaque fois, nous prenions toutes les précautions d’usage nécessaires et indispensables lors du traitement de ce genre d’actualité : recueillir toutes les informations possibles, ressourcer, contextualiser et vérifier l’exactitude des éléments factuels. Des témoignages fiables et solides pour corroborer l’information.

Notre objectif – et c’est le seul – est d’informer : offrir une information pertinente. Point barre. Nous comprenons votre profond malaise, votre amertume car cela concerne votre proche. C’est compréhensif. Mais, Nous sommes un rempart face aux multiples rumeurs qui peuvent pleuvoir de toute part. Et de nulle part. Notre rôle est justement de démystifier les rumeurs répandues comme une trainée de poudre pour en sortir la vérité. La réalité des faits. Raconter ce qui s’est passé en se basant sur des éléments factuels. Un récit objectif. Rationnel. Sans ambiguïté.

Une information pertinente nous permet à tous d’appréhender les choses avec discernement. Quand l’information est claire, exacte et précise, elle nous sert à nous enrichir et à éclairer nos jugements. Nous tenons à consolider et à garantir la confiance qui nous lit avec nos lecteurs et lectrices. Il en va de notre crédibilité. De notre intérêt journalistique. De notre engagement. De notre dévouement sans faille. Désintéressé.

Nous avons décidé de ne jamais mentionner le nom de l’auteur des faits de délinquance qui dérayent la chronique. Nous nous contentons de donner des indices, des descriptions, pour faciliter la compréhension de nos lecteurs et lectrices. La délinquance qui installe et aggrave l’insécurité. Nous ne leur donnons plus la visibilité médiatique. Nous, à travers ce choix, dénonçons à vive voix ces méfaits qui empoisonnent la vie de cité. Ces actes malveillants et irresponsables qui installent la peur et impactent le vivre-ensemble. Remettent ainsi en cause la cohésion sociale qui nous lit.

Nous ne les glorifierions plus. La gloire de la délinquance, ce n’est pas le genre de la maison. Nous préférions la gloire. La vraie. L’authentique. C’est un choix éditorial. Ce qui nous intéresse, c’est d’informer. Avec pertinence. Avec clarté.

M. Kaya, directeur de publication

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 ⁄ 2 =