• 13 December 2018
  • Last Update Déc 12, 2018 1:47
  • Acoua, Mayotte

M’tsangamouji: Une après élection mouvementée et douloureuse

Chose inédite, les élections municipales partielles de M’tsangamouji tourment au vinaigre. Des responsables politiques de l’opposition ont été mis en examen pour des fausses procurations et à l’issu de 48 heures de garde à vue, outre la mise en examen sous contrôle judiciaire d’un membre, un autre membre l’ancien maire est placé en détention provisoire. La nouvelle fut douloureuse puisque l’un des prévenus, certes originaire du village de M’liha mais reste une personnalité très influente et connue à Acoua, qui continue à prier depuis le début de cette triste affaire électorale.

Une histoire de fausses procuration  

Les élections municipales de M’tsangamouji de mars 2014 ont été annulées puis reportées pour causes d’irrégularités. Le camps UMP de l’époque en tête du quel se trouvait Said Manrifa l’avait emporté d’une seule petite voix. L’équipe sortante de MOULA Issouf Said a alors déposé un recours auprès du Tribunal Administratif pour demander l’annulation des élections. Requête validée par le conseil suprême qui décida alors de reprogrammé le scrutin le 20 septembre dernier.

En ce dimanche soir, cette fois les électeurs de la commune de M’tsangamouji ont répondu massivement et ont redonné confiance à cette même liste “Les Républicains” conduite par ce même Manrifa avec cette fois plus de 441 voix. Un message fort de pour ces demandeurs avec apparentés socialistes de Moula Issouf Madi, l’ancien maire, plus connu par son surnom Prince.

Mais cette fois, la préfecture par le biais de ses observateurs a découvert en ce dimanche 20 septembre 2015 près de 98 fausses procurations remplies sur des vrais formulaires Cerfa. Les attentions des agents de la préfectures auront constaté des irrégularités sur les formulaires tamponnés de manières grossières, qui sautaient aux yeux des observateurs. Ainsi le cachet contenait une fausse Mariane et les inscriptions des deux institutions Gendarmerie Nationale et Police Nationale côte à côte.

Le lien a été fait et a conclu que la manœuvre était censée faire profiter et donc élire le candidat Moula. Une enquête a vite était ouverte et une personne est interpellée, présentée au juge à l’issue de sa garde à vue, le numéro de la liste de Moula s’est vue notifié un mandat de dépôt à la maison d’arrêt de Majicavo au début du mois d’octobre. L’affaire a fait effet d’une bombe et M’tsangamouji et Mayotte savait que le plus dur restait à venir.

Contrôle judiciaire et mandat de dépôt

Comme pressentie, l’enquête a suivi son cour et deux autres personnes dont Moula Issouf Madi l’ancien maire, mais aussi Secrétaire Général du Parti Socialiste de Mayotte, et Haidar Attoumani ont fait l’objet d’une interpellation, son 2ème adjoint et membre du conseil municipal dans l’opposition, puis placées en garde à vue durant 48 heures dans les bureaux de la Section de Recherches de Pamandzi. En même temps des perquisitions ont été ordonnées à leurs domiciles.

A l’issue de leurs gardes à vue, les deux hommes furent présentés ce mercredi matin au juge d’instruction. Ce dernier a laissé libre Haidar Attoumani dans l’après-midi, lui  qui était passé en premier mais assorti d’ une mise en examen sous contrôle judiciaire avec une interdiction de retourner à M’tsangamouji. Ce qui va sembler difficile puisque cet homme a toute sa famille à Tchanga et à M’liha. Celu-ci habitant à Acoua, est dans l’obligation de passer par M’tsangamouji pour se rendre à son travail, lui qui est responsable du service état civil à la mairie de Koungou. La crainte redoutée est actée.

Moula Issouf a du attendre jusque vers 20H00 pour connaître son sort. Après le juge d’instruction, ce dernier a du passé serrer ses points puisque ce sera le Juge des Libertés et de la Détention qui aura le dernier mot. Ce dernier a rendu une verdict  sans précédant qui a fait pleuré plus qu’un. Comme l’avait demandé le Procureur Jôel Garrigues, Moula Issouf a été mis en examen avec un mandat de dépôt à la clef. Celui qui était ambitieux pour une carrière politique a passé sa première nuit à la maison d’arrêt de Majicavo mercredi soir. Une première à Mayotte, suite à des fraudes électorale la justice a tranché. Prince risque une peine de 5 ans d’emprisonnement.

Moula, perdant jusqu’au bout

Au départ demandeur, Moula Issouf et ses partisans ont sûrement regretté d’avoir fait appel de la décision des urnes de mars 2014, alors que son parti ne perdait que d’une seule infime voit.

Les élections de M’tsangamouji laisseront des traces ineffaçables sur l’île au lagon. Un parti averti en vaut une dizaine. Dans cette belle commune, des familles risquent de s’éclater. En attendant le parti socialiste locale tente de calmer les esprits. Les 3 personnes sont encore présumés innocents en attendant le jugement. Mais le séisme politique est dur à imaginer.

Fofana

author
Rédacteur en chef à acoua-info

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 − 7 =