Sentiment de ras-le-bol

Nid de poule de trop Acoua

Des nids de poule sur les routes, ce n’est pas nouveau. Il y en a partout. En effet, c’est fréquent de constater d’innombrables nids de poule sur les routes de l’île au parfum, surtout sur les voies à l’intérieur des villages, logiquement sous la responsabilité de la municipalité. Donc du maire, premier magistrat de la commune.

Des nids de poule pullulent depuis longtemps. C’est devenu banal. Le décor de nos infrastructures. Un drôle de décor routier. Sans protestation. Sans éclat de voix. C’est devenu banal. Mais quand vient, hélas, un accident grave. Nous en rigolons moins. Le rire devient la colère. Le rire jaune. La colère montre. Il faut trouver le responsable.

Ainsi va la vie des automobilistes condamner à faire attention en zigzagant pour éviter les trous, parfois béants. A ralentir comme face au dos d’âne. Et quand vient la période des pluies, ces trous deviennent de véritables nids… pardon piscines à ciel ouvert. Et quand, ce n’est pas possible de contourner, alors seul alternative, c’est de s’y plonger au risque et péril. Des années que ça dure. Aux yeux et aux oreilles de tous même des responsables politiques auxquelles incombent la responsabilité d’entretenir ces infrastructures indispensables pour la mobilité et le transport.

Or, pour mieux développer l’économie locale, un territoire a besoin d’infrastructures solides et praticables. Cela favorise l’attractivité. C’est bénéfique pour le développement socio-économique. Cette négligence qu’il faut bien pointer du doigt a duré depuis longtemps. Et ce quel que soit la majorité municipale en place : de droite comme de gauche, sans étiquette ou avec étiquette. Ce sont les administrés qui trinquent. D’où, le sentiment de ras-le-bol de plus en plus grandissant.

Aux manettes, ils sont incapables de faire face à ces problèmes qui affectent la vie quotidienne, qui impactent l’attractivité de nos communes. En opposition, ils crient au scandale, en promettant monts et merveilles quand ils seront au pouvoir. De la démagogie. Des promesses électorales et électoralistes. Toujours les mêmes rengaines. Nous vous demandons d’être réalistes et pragmatiques. Soyez réalistes aux véritables enjeux qui favoriseraient le Bien commun et l’intérêt général. Soyez pragmatiques en agissant concrètement et efficacement aux problèmes élémentaires de la vie quotidienne.

Le dimanche dernier, un véhicule, n’a pas pu échapper au nids de poule au coeur de la commune d’Acoua, l’automobiliste en a fait les frais. Un de plus. Un nid de poule de trop. Hélas. Un trou de nid béant au milieu de la chaussée avec les bords greffés de pointes de métal. Un danger connu de tous. Aux yeux et à la barbe de tous. D’ailleurs, selon, de nombreux commentaires notés sur cet article, cet artère principal de la commune est à bannir car trop dangereuse pour les automobilistes. Danger pour les automobilistes et pour les piétons imprudents. La municipalité a réagi en rejetant la faute à l’entreprise prestataire. Actuellement, les deux parties sont en litige.

Mais en attendant l’issue de procédure de litige, ce nid de poule pourrait encore faire parler de lui. Pourquoi ne pas dans l’immédiat, et par mesure de précaution et de sécurité, au regard de risque et de danger que cela peut provoquer, boucher temporairement ce “putain” nid de poule avec les moyens du bord. En attendant une solution optimale.

Dans de telles situations, l’urgence serait de boucher ce cratère pour éviter des dangers qui peuvent être graves. A la lecture des commentaires publiées, le sentiment de ras-le-bol est patent. Comme à l’accoutumée, les adversaires politiques fidèles à eux-mêmes s’en délectent à coeur joie et même sans vergogne ils se frottent les mains alors que depuis des années, de mandat en mandat, de majorité en majorité, nous sommes confrontés aux mêmes problématiques. Un sentiment d’incompréhension et de ras-le-bol couvent. C’est de la responsabilité publique et politique.

Les élections municipales auront lieu l’année prochaine. Alors, agissez ! Et vite. Il en va de l’intérêt général pour un meilleur cadre de vie. Le Bien commun doit constamment prévaloir. Sans démagogie. Sans tiraillements politiciens. Ayez une seule et unique boussole l’intérêt général. Le Bien commun.

Kaya, directeur de publication

Related Articles

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
34 ⁄ 17 =