Éditorial

La politique se conjugue au féminin à Acoua

En cette journée internationale des droits des femmes dont le principe est de créer une journée internationale autour de la cause des droits femmes (en 1910), il est tout bonnement judicieux de souligner, avec satisfaction et admiration, et sans prétention, l’honneur et la place que réservent la commune d’Acoua aux femmes. A Acoua, les femmes s’engagent en politique. Elles tiennent aussi la barre. 

Et ce tapis rouge déroulé pour mettre en diapason politique nos femmes politique ne datent pas d’aujourd’hui. En 2015, aux élections départementales, la binôme réélue et sa concurrente étaient des femmes engagées et dynamiques. Dans cette sphère politique tant convoitée et dominée par les hommes, Acoua accorde sa confiance à ses femmes politiques. Ces femmes politiques courageuses et ambitieuses ont su chiper les pouvoirs aux hommes qui ont longtemps gardé jalousement et précieusement leur pré carré.

Acoua est à contre-courent en ce sens. Contre vents et marées, Acoua laisse la place à des femmes politiques qui décident de s’engager dans la politique. A ces femmes audacieuses de gérer la chose publique comme c’est le cas dans la gestion quotidienne des ménages. Ainsi, dans la société matriarcale à la mahoraise, ce sont les femmes qui détiennent les pouvoirs prépondérants au foyer et en politique. Depuis les élections départementales de 2015, c’est TToyfriya Anassi qui a porté haut les couleurs de la commune au sein de l’hémicycle Bamana. Cette année, Acoua récidive avec deux candidates femmes à l’image de Zouhourya Moyad pour le parti les Républicains et Hardjati pour la coalition MDM/PS. 

Acoua met ainsi à l’honneur ses femmes politiques. Une bonne augure pour lutter contre les droits et causes des femmes.

Kaya M., directeur de publication

1 Comment

1 Comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top