Éditorial

Mayotte à contre–temps

Dans moins de 24 heures, la France sera déconfinée. Ce 11 mai marquera le début d’une nouvelle phase de l’épidémie de Coronavirus. Il sera désormais possible de circuler librement et sans attestation, dans une limite de 100 km. Néanmoins, le 101ème département ne fera pas parti du lot. C’est reporté.

Et pour cause, l’île de Mayotte est classée encore en rouge car la circulation du virus est active. L’épidémie y progresse de manière affolante: 1023 cas avérés. Le nombre de cas confirmés se dédouble chaque deux ou trois jours. C’est alarmant. L’île s’chemine sur un chemin inverse. Une augmentation préoccupante. A contre-pieds. Une situation sanitaire à rebours des autres départements français qui connaissent, a contrario, après deux mois d’intenses pressions dues au Covid-19, une décrue. Une baisse notable et encourageante des cas.

Tandis que le 11 mai est érigé comme début progressif du déconfinement et d’assouplissement des mesures de confinement tant attendu, à Mayotte, on assiste à une progression alarmante. A rebours des chiffres des Outre-mers : à ce jour, 1023 cas confirmés pour 11 décès, presque la moitié de la totalité des cas enregistré dans tous les départements Outre–mer, 2062 pour 42 décès. Aujourd’hui, à la veille du 11 mai, tous les yeux sont rivés sur Mayotte. Un cas problématique. Voire inquiétant. On constate une hausse des tests positifs avoisinant les 30 % à 45 % par jour, c’est-à-dire quasiment un test sur deux positif.

Une situation pour le moins atypique. Le mot est faible. Une situation à contre-pieds des efforts consentis en France métropolitaine et dans l’Outre-mer pour limiter la circulation du virus. Force est de constater des transgressions récurrentes et regrettables des mesures de confinement : M’rengué populaire et rassemblements religieux durant ce mois sacré de Ramadan. A contre-temps aussi, quand en plein confinement, des émeutes urbaines et des actes de délinquance et de vandalisme sont constatés, désespérément, dans les quatre coins de l’île. Une situation sécuritaire ajoutée à celle de Covid-19. Une réelle préoccupation.

Aujourd’hui, l’île est plongée dans une spirale désespérée, en plus des phénomènes d’insécurité galopante mais aussi de l’épidémie de la dengue. L’autre fléau sanitaire. Aujourd’hui, l’île fait l’objet d’“une vigilance particulière”. Le déconfinement n’y est pas pour demain. Pendant que les autres s’impatientent de savourer une bouffée d’oxygène après deux mois de sacrifice d’isolement, à Mayotte, le déconfinement est reporté, au-delà de la date fatidique du 11 mai. Il va falloir attendre pour endiguer la chaine de contamination. Il va encore falloir s’armer de patience. Sans faille.

C’est dommage d’en arriver à cette situation ubuesque. Nous payons, là, notre irresponsabilité. Notre négligence inconsciente devant ce fléau planétaire. Cette crise inédite et est d’abord sanitaire. Elle est inédite et férocement dévorante. Elle bouleverse farouchement notre vie quotidienne, collective, religieuse, professionnelle, démocratique et socio-économique. Aujourd’hui, après 56 jours de confinement, tous les pans de notre économie est quasiment à l’arrêt. Un désastre socio-économique annoncé. Ce satané Coronavirus aggrave et – aggravera hélas – la précarité et la pauvreté déjà criante.

Donc, mieux, nous conformons aux mesures de confinement, mieux notre île retrouvera son train de vie normale. Au plus vite. Et mieux nous respectons les mesures d’hygiène élémentaires, mieux nous y porterions mieux. La santé est précieuse. La santé n’a pas de prix. Restons confinés pour sauver notre vie et celles des autres. Mais aussi, pour préserver la santé de notre tendre île.

Kaya M. Directeur de publication

3 Comments

3 Comments

  1. Pingback: Shutt, des souffrances silencieuses, il ne faut rien dire ! - acoua-info

  2. Pingback: Acoua d'antan. Toute une œuvre - acoua-info

  3. Pingback: Coronavirus. La guère contre le Covid-19 n'est pas encore gagnée - acoua-info

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top