Culture

Quand les mahoraises se déhanchent à Angers

Ce samedi 4 janvier 2020, la ville d’Angers, dans le Maine et Loire, vibre au rythme de la culture traditionnelle mahoraise. C’est l’association mahoraise de cette ville angevine, très active, qui organise, en ce premier samedi de 2020, une journée culturelle. C’est le M’biwi qui ouvre le bal.

Au programme, le m’biwi, cette danse traditionnelle exclusivement féminine orchestrée par Ouvomoija Wa Rennes, un groupe mahorais de Rennes. En effet, c’est aux alentours de 17 heures, dans la salle de fête du Quartier Belle Beille, que se sont données rendez-vous les femmes de l’île au parfum élégamment vêtues de Salouva et maquillées à la mahoraise ont montré leur capacité à remuer les hanches en entrechoquant dans une rythmique très spécifique les petits bouts de bâtons.

Le M’biwi, cette danse populaire typique mahoraise a su traverser toutes les générations. Mais aussi, les frontières de l’île au lagon. A dix mille kilomètres, les mahoraises vibrent au fin fond de l’Anjou les rythmes traditionnels et culturels de l’île. Vers 20 heures, la M’biwi arrive à son terme. Place au Chigoma. Cette autre tradition mixte de l’île aussi populaire que folklorique.

Kaya M.

1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Le Chigoma élégamment langoureux à Angers - acoua-info

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top