Faits divers

Une réunion et une prière à la place des cours

Réunion hommage à Micki Cité du Nord 12 04 2021

Cinq jours après l‘assassinat du jeune lycéen Miki âgé de 17 ans sur le parking de son établissement le Cité du Nord de M’tsangadoua, les parents d’élèves, l’équipe pédagogique, le recteur Gilles Halbout, le député Mansour Kamardine, les élèves et plusieurs personnalités ainsi que des anonymes se sont retrouvés pour tenter de trouver des solutions, en parler autour de ce pénible sujet de violence. Ce phénomène a, semble-t-il, jeté l’ancre devant les établissements secondaires de Mayotte puisque depuis 2011, trois lycéens ont perdu la vie aux abords des lycées.

Après avoir donné rendez-vous sur le lieu du crime, toute cette délégation s’est retrouvée sous les pieds des bureaux de l’administration dans la cour pour échanger. Des versets du Coran plus tard, plusieurs personnes se sont succédés au micro pour dénoncer et condamner à leurs manières ce qui endurent la communauté éducative mais également décrire la peur des élèves et des parents qui ont la boule au ventre chaque jour en envoyant leurs enfants à l’école.

C’est Mouayad, l’oncle du défunt, qui a ouvert les débats. Dans un établissement surpeuplé de plus de 1750 élèves pour une capacité de 900, le responsable de la FCPE Haidar Attoumani a demandé plus de sécurité, plus de recrutement des agents EMS du Rectorat, une cantine scolaire pour éviter les sorties des élèves hors des établissements vu que le danger est omniprésent.

Il a ensuite espéré la fermeturure du parking comme ce fut le cas au collège de Chiconi. Il va plus loin en demandant la dotation du lycée à la vidéosurveillance, mais surtout a insisté aupres des mairies d’Acoua, M’tzamboro, M’tsangamouji à la création du Conseil Intercommunal de sécurité pour que les quatre communes du Nord puissent “travailler de concert pour la sécurité de ce lycée devenu un problème pour les jeunes du Nord” a-t-il ajouté. Il a par ailleurs insisté sur la présence de la gendarmerie aux heures de pointe afin de dissuader et interpeller les fauteurs de troubles.

“On demande également qu’une plaque soit dressée de mémoire Miki et tous les autres élèves tués et agressés dans les différents établissements. Nous souhaitons également qu’un soutien psychologique soit mis en place au lycée pour accueillir élèves, enseignants et familles du jeune” a conclu Haidar. Les interventions se sont enchaînées : Du grand Cadi, des témoignages d’élèves, Pascal Le Coq Le proviseur du lycée puis le Maire Mtzamboro Laithidine qui a fondu “Mayotte a changé. On n’est pas dans les jeux vidéo” en s’adressant aux jeunes. Pour lui même, si c’était prémédité puisque ça était qualifié en assassinat, il appelle au calme.

La Mairie de Bandraboua compte s’impliquer, et quand au capitaine Chaki (mairie d’Acoua) il a appelé à l’unité et ne pas attendre uniquement que ces genres d’événements se produise pour réagir. Ustadh Kambi l’invité de dernière minute s’est également adressé directement aux jeunes : “L’école n’est pas un ring, un lieu de combat. Si vous voulez montrer vos muscles, ramènez nous des bonnes notes et des diplômes pour faire avancer Mayotte. J’appelle surtout à la responsabilité des parents surtout des papas qui sont souvent absents” a-t-il insisté.

Après le discours du député Mansour Kamardine qui a demandé plus de considération pour l’association des parents d’élèves, la prise de parole de Gilles Halbout a été accompagnée par des colères. Plusieurs parents ont quitté les tribunes. Même s’il a tenté d’apaiser les tensions en prononçant plusieurs phrases en Shimaorais en faisant référence à Nelson Mandela, souhaitant force et courage à tout le monde, que le Rectorat de Mayotte va s’impliquer pour apporter plus de moyens.

Une minute de silence en hommage à Miki a été observée à la fin, accompagnée par une grande prière qui a semblé une meilleure arme pour calmer la foule assez bien embarrassée. Les élèves ont par la suite été invités à remonter dans leurs bus pour se rendre à leur domicile. Plusieurs parents et élèves de M’tzamboro ont préféré rallier le trajet à pieds pour pouvoir plus en parler. Une marche blanche en mémoire à Miki devrait se tenir ce samedi à la Cité du Nord.

Fofana A.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

News populaires

To Top