Éditorial

Acoua, les pieds dans l’eau

Cette énième catastrophe naturelle qui a sinistrement frappé le village d’Acoua, localité du Nord-Ouest de l’île, doit nous interroger sur l’état des lieux de l’urbanisme à Mayotte. Certes, il y a logiquement les conséquences naturelles liées à la météorologie et aux incontournables effets de dérèglements climatiques. Cela se comprend. C’est bien évidemment la loi de la Nature. Mais, force est de constater depuis de nombreuses années, des constructions habitables pullulent dans des zones naturellement inconstructibles (faute sans doute de mettre à disposition des terrains constructibles). Et même des groupements scolaires y sont implantés dans ces terrains géologiquement inondables. Et cela au vu et au su de tout le monde. Les élus locaux tout comme les autorités sont conscients du danger pouvant provoquer par les pluies torrentielles très fréquentes dans cette partie de l’Océan indien.

A chaque intempérie, nous déplorons jusqu’à maintenant, hélas, des dégâts matériels de plus en plus lourds et graves. Des habitants déjà éprouvés par la dureté de la vie et de la crise sanitaire, doivent désormais, faire face aux dégâts innommables et innommables. Des biens dévastés par des inondations incessantes et répétitives. Des conséquences environnementales et écologiques lamentables. Un spectacle de désolation voire apocalyptique. Des sinistrés à bout, démunis et impuissantes devant ce désastre désolant.  Une situation que les habitants vivent avec angoisse et avec appréhension à chaque saison des pluies. Les inondations qui marquent les esprits et contribuent à la fragilité de notre écosystème environnemental et écologique.

Ces catastrophes climatiques devraient nous interroger sur l’importance de l’aménagement de l’urbanisme. De réelles politiques d’aménagement doivent être mis en place. A vous les hommes et femmes politiques d’élaborer et de mettre en pratique un véritable plan d’urbanisme respectueux des situations géologiques, environnementales et écologiques de la localité. Nous ne pourrions plus pleurer et déplorer impuissamment et incessamment ces dégâts de plus en plus calamiteux et désastreux. Des impacts psychologiques des habitants sinistrés ne doivent pas non plus être sous-estimés. Des mesures fortes, pragmatiques et efficaces doivent être décrétées. L’heure est au pragmatisme. La volonté politique doit être à la hauteur des enjeux climatiques qui causent des dégâts innommables.

Des mesures fortes, pragmatiques et efficaces doivent être décrétées. Et doivent être réellement appliqués. L’heure est tergiversations. Il est temps d’agir. La volonté politique doit être à la hauteur des enjeux climatiques qui causent des dégâts innommables.Acoua sinistré mais toujours debout. La résistance et la résilience sont de rigueur. Acoua, village solidaire se mobilise. A l’image des initiatives de solidarité spontanée qui s’organisent pour venir en aide aux habitants plus sinistrés. Vive Acoua.

Kaya M. directeur de publication

1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: La mairie de Dzaoudzi-Labattoir et Mme Giraud à la rescousse - acoua-info

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

To Top