Mon Œil !

C’est fort de café

Vous avez fait le choix de nous dénigrer sur les réseaux sociaux pour pointer du doigt la véracité de notre information. De façon éhontée et démesurée. Et cynique. Vous nous accablez de quolibets. Nous avions choisi de vous laisser vous en délecter. Vous n’aviez pas cherché à nous demander des explications. Vous avez choisi la bassesse. Donc acte. Nous n’avions guère cherché à vous clouer le bec. Ce n’est pas le genre de la maison.

Nous n’avions pas non plus été insensibles à votre lâcheté. A votre abjection. Nous avons encaissé. Durement mais dignement. Ainsi va la liberté d’expression. Vous prétendez avoir raison. Vous mettez en cause nos informations. Dans de telle situation et dans une démocratie libre et ouverte comme la nôtre, les idées se doivent d’être confrontées. Nous sommes prêts et disposés à jouer le jeu. Nous avions fait notre travail d’information. Ne vous en déplaise. C’est à vous de juger.

Nous tenons à des principes éthiques et déontologiques. Ce journal a été fondé dans le but de démystifier les rumeurs, de décortiquer les ont-dit dont nous en sommes friands. Nous nous efforçons chaque jour à faire vivre et à rendre pérenne ce journal. De façon cohérente, impartiale, pertinente et responsable. Et cela au prix de nos sueurs. Au prix de nos sacrifices. Nous déployons chaque jour nos énergies. Nous mettons au profit de ce journal notre temps si précieux et rare pour réaliser un journal qui vous informe. Et vous divertir. Nous nous efforçons de vous offrir une information vraie. Si nous nous trompons dans notre démarche ou dans la véracité de nos informations, nous nous en tiendrons compte. La rigueur est de mise.

Dans l’idéal et dans le bon sens, si bien parfaits et si bien renseignés que vous êtes, si vous disposez d’une information aussi vraie, il serait sympathique de nous en faire part, au lieu de nous jeter de l’opprobre. Nous avons choisi de faire du journalisme, comme d’autres ont choisi de faire la politique. Nous avons choisi notre voie. Nous respectons la vôtre. Nous avions toujours de la bienveillance à votre égard. Vous avez choisi de vous engager à servir. Nous avons choisi d’informer. Avec nos tripes. Avec nos moyens. Sans vos soutiens de quel que nature que ce soit, d’ailleurs. Sans vos subventions. Sans vos aumônes.

Nous avons choisi de nous débrouiller tous seuls. C’est le prix notre liberté. C’est le prix de notre indépendance. Et nous en sommes fiers. A notre manière, nous essayons depuis la création de ce journal, il y a vingt ans à vous informer et à vous divertir. Une façon pour nous de contribuer à l’édifice. Sans prétention, nous ne cherchons pas à être meilleurs que vous. Nous ne prétendons pas non plus être mieux et bien informés que vous. Nous ne cherchons point à vous instruire ni à vous éduquer. Loin de là. Nous n’avons guère cette prétention. Soyez en rassurés. Nous ne sommes pas parfaits, il nous arrive de nous tromper. Comme vous aussi d’ailleurs.

Alors, faites votre boulot convenablement, nous continuerons de faire le nôtre avec sérieux, avec bienveillance et avec professionnalisme. Et cela avec nos plumes.

Kaya M. Directeur de publication

C’est fort de café
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top