Instant Poésie

Chers lecteurs

Chers lecteurs

Ce n’est pas un adieu,
Mais un au revoir.

De là où je suis,
Une pensée pour vous.
Je ne vous oublie pas,
Je ne vous oublierai jamais,
Car j’ai pris un immense plaisir,
À écrire sur acoua-info.

J’ai pu à ma manière,
De façon modeste et humble
Contribuer aux débats,
Dans mon domaine,
La psychologie

Merci,
Merci à vous,
De m’avoir lue,
De m’avoir soutenue,
Mayotte, mon île,
Toute seule, je ne peux pas te sauver.
Ensemble nous y arriverons !

Je suis partie ailleurs,
Pour une opportunité
Qui ne se refuse pas.
Là où l’on croit en moi,
Où l’on veut de moi,
Pour être au service
D’une population exceptionnelle
Qui a su garder sa culture, ses traditions,
Son mode de vie, ses us et coutumes
Tout en restant dans la république française.

Un endroit,
Où il est possible,
De concilier tradition et modernité,
Culture occidentale et culture locale,
Pour le bien-être des habitants.

Je ne connais pas cet endroit,
Ni ses habitants d’ailleurs,
Mais de l’extérieur,
C’est un groupe soudé et protecteur,
Des personnes avec des valeurs
De partage, de solidarité et d’entraide.

Des valeurs
Que nous avons perdues,
Nous, les Mahorais,
Jadis si chaleureux,
Solidaires et fraternels,
Nous prenions le temps
D’avoir de nouvelles des uns et des autres,
D’élever nos enfants ensemble,
De donner un cadre social contenant,
Pour eux et pour nous.

Chacun trouvait place dans la société,
Et personne ne se sentait rejetée,
Ni mise à l’écart.

Mayotte,
Tu marques toute personne,
Natifs comme ceux de passage.
Personne ne part indemne,
Tu es unique et exceptionnelle.

Si seulement,
Nous étions bienveillants entre nous,
Qu’au lieu de s’auto critiquer,
On se faisait confiance.
Nous porterions Mayotte
Au sommet,
Au plus haut niveau.

Hélas, on s’auto-détruit entre nous.
On ne s’écoute pas
Tandis que d’autres interprètent mal nos messages.

Je désire que les souffrances psychiques
De nos compatriotes soient prises en compte,
C’est mon combat quotidien,
Même si cela déplaît certaines personnes.
Je me bas
Pour qu’aucune souffrance, douleur psychologique
Ne soit et ne reste banalisée.
Oui, nous le pouvons !

Au revoir chers lecteurs,
Prenez soin de vous.
Soyez vous-même,
Croyez en vous,
En l’avenir,
Des bonnes choses viendront,
Restez en bonne santé,
Et aspirez au bonheur.

Encore merci,
Merci pour tout ce que vous m’avez apporté
Personnellement,
Humainement.

Où que je sois,
Je reste à votre service,
Quand vous serez prêts à m’accueillir,
Je me rendrais disponible.

Paix et amour !
Votre fervent serviteur,
Toibibu wa nafsi.

Chers lecteurs
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top