Faits divers

Ils reconnaissent leur tractopelle volée dans la nuit sur un chantier

C’est une histoire ubuesque qui s’est produit ce mercredi soir au quartier Bandrani à Acoua, non loin du Carrefour Adobé. En début de soirée vers 20H00, un panneau de déviation pour cause de chantier en cours a été installé à l’entrée de la Rue Zaouiyani ainsi qu’au carrefour dit “Assani Mahamoud”, invitant et les usagers et riverains à prendre d’autres itinéraires pour sortir et rentrer dans le centre du village. Une démolition d’une ancienne maison en case SIM était en cours. Un camion de 19 tonnes se fait charger de la terre et de la brique par un chargeur compact ou mini chargeuse appelée communément Bobcat de couleur jaune. Jusque là, rien d’anormal. Sauf que parmi parmi les riverains déroutés se trouvait un employé du célèbre entreprise “Mami” à la tête du quelle se trouvent deux frères originaires de M’tsahara, dans la commune de M’tsamboro.

L’attention de ce dernier est attiré par le bruit de l’engin Bobkat qui lui semblait familier. Il se rapprocha du chantier bruyant et reconnait son engin de travail de couleur jaune sans pouvoir identifier un de ses collègues sur les lieux. Il avertit alors son patron qui à son tour signala le vol de son Bobkat à la gendarmerie de M’tsamboro. Une vingtaine de minutes plus tard, les gendarmes ainsi que les deux frères Mami arrivent au chantier et font cesser les engins et reconnaissent formellement leur Bobkat qui était censé se trouver sur leur chantier à Antsiraka Boira situé à près d’un kilomètre de là. Interpellé sur la présence de l’engin sur les lieux, le conducteur tente de se dédouaner en mettant en avant un deal qu’il aurait fait avec un des employés de l’entreprise, qui a réfuté toute complicité. C’est alors que les responsables de l’entreprise s’en prennent verbalement au voleur. Ce dernier, un individu d’origine malgache âgé d’une cinquantaine d’années défavorablement connu dans le secteur pour des multiples méfaits ne retrouve plus d’arguments pour se défendre part se cacher derrière son camion.

Résidant du quartier Antsiraka Boira, et grand connaisseur des engins de chantier, il aurait démarré le Bobkat avec une clé universelle selon les témoins. Il aurait ensuite tracté l’engin en début de soirée en toute sérénité pour le ramener au quartier Bandrani afin de proposer ses services à ses malheureux clients qui ont cru à sa bonne foie. Mais dans le secteur nord, cet individu dont une célèbre boutique et un malheureux pont portent son nom non loin de l’école maternelle d’Acoua n’a pas fini de parler de lui en mal. En attendant, le chantier de démolition de case est à l’arrêt, les riverains ont passé la nuit dans le calme mais dépassés par les évènements. Le Bobkat a rejoint sa base sur la route d’Antsiraka Boira vers 22H00. Une question est dans toute les lèvres de l’entreprise victime du vol: depuis combien de temps ils ont été victimes de ces genres d’actes (vols de carburant, vol de pièces détachées, dégradations, …) sachant que leurs engins sont garés devant leur bourreau?

Du plus petit au plus grand, le vol dispose également sa catégorie.

Fofana A.

Ils reconnaissent leur tractopelle volée dans la nuit sur un chantier
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

News populaires

To Top